Nulle chose n'est compréhensible que par son histoire
Pierre Teilhard de Chardin

L'Union des Coeurs fête ses 250 ans

La Loge de l'Union des Cœurs fut constituée à l'Orient de Genève le 7 février 1768. Elle fut formée sous l'obédience de la Grande Loge de Londres et travailla selon le rite anglais en usage à Genève depuis 1736. Pour se libérer de cette obédience, très théorique, de Londres, elle fonda en 1769, avec neuf autres loges, la Grande Loge de Genève. Ce n'est qu'à partir de ce moment que les loges genevoises ont commencé à tenir des archives.

En 1801, le Grand Orient de Genève est transformé en Grande Loge Provinciale sous les auspices du Grand Orient de France. L'U.D.C. doit renvoyer à ce dernier toutes ses anciennes chartes constitutionnelles pour en recevoir une nouvelle, datée du 9 juillet 1805, lui donnant le droit "de continuer à se livrer aux travaux de l'art maçonnique". Le Grand Orient de France y installe aussi, en 1806, un Chapitre de Rose-Croix.

Dès 1810, les Frères se préoccupent de trouver un système maçonnique leur permettant de mieux réaliser leurs aspirations religieuses et entreprennent des tractations avec le Régime Ecossais Rectifié cet Ordre alors en pleine prospérité. Ils s'adressent au Directoire écossais siégeant à Besançon et, finalement, le 23 août 1811, l'Union des Coeurs est installée dans le régime rectifié par le Grand Chancelier provincial de Bourgogne, sous les auspices du Frère Cambacérès archichancelier de l'Empire et Grand-Maître de tous les rites en France.

A cette époque, la loge est prospère, le frères sont pénétrés d'un vif sentiment religieux qui, dès ce moment, donne à l'Union des Coeurs une physionomie si attirante et si particulière.


La dernière détentrice du RER

La Loge passe, le 27 octobre 1815, sous l'obédience du Grand Directoire écossais rectifié de l'Helvétie, siégeant à Bâle, qui lui délivre des lettres patentes en décembre 1816.
Le RER connut par la suite en Europe au XIXe siècle une longue éclipse excepté en Suisse. Dans un document de 1828, la IIème Province, celle d’Auvergne, cède tous les droits du RER au Grand Prieuré Indépendant d’Helvétie qui, dès lors, devint le Conservateur du Régime dans le monde.

La Préfecture de Bâle puis celle de Zurich en 1885 cessèrent leurs travaux, amenant, en 1887, la Préfecture de Genève à rester la seule instance dépositaire des Rituels et des archives du Régime Écossais Rectifié en Helvétie. De ce fait, et par la force des choses, la Loge l’Union des Cœurs, demeura l’unique détentrice du Régime Rectifié ayant survécu à son extinction en Europe.


L'adhésion à la Grande Loge Suisse Alpina

1844 voit la création de la Grande Loge suisse Alpina. L'Union des Coeurs désirant conserver son rituel et son droit de Loge chapitrale (aptitude à fonder d'autres loges) n'y adhère pas immédiatement. La Grande Loge suisse Alpina ayant renoncé à exiger un rituel unique pour toutes les loges, notre Loge pouvait, en conséquence demander son affiliation. Elle fut agréée par la Grande Loge suisse Alpina en juillet 1851 et reçue très chaleureusement.


Témoignage d'un Frère Néerlandais

Pourquoi et comment suis-je devenu Franc-Maçon?

Ma curiosité pour la philosophie m'est venue pendant mes dernières années de collège à Amsterdam. Comme étudiant à l'Université Technique à Delft, je disposais encore de plus de temps pour lire et échanger avec mes amis des propos sur des sujets qui me passionnaient déjà comme adolescent. Après mon diplôme d'ingénieur, mon mariage et le service militaire, j'ai été engagé par un organisme chargé du développement des piles atomiques au Pays-Bas ; j'étais occupé par beaucoup des choses, mais pas par mes intérêts d'autrefois. Je me sentais en danger de perdre contact avec mes aspirations de jeunesse.

Par chance j'ai pu partager mon souci avec un ancien ami. Celui-ci m'a dit : " Je suis devenu Franc-Maçon et je pense que toi tu y trouverais l'appui qui te manque. " Je posais donc ma candidature, et déjà la discussion avec la commission de candidature me donnait espoir et confiance. L'initiation dans la Loge " De Noordstar " à Alkmaar, en 1959, j'avais 28 ans, était impressionnante par son contenu, son exécution et sa réception fraternelle.

Comment ai-je vécu mon intégration dans la Maçonnerie à Genève ?

Venu à Genève fin 1962 pour travailler au CERN, j'avais la possibilité de visiter les Loges de la Grande Loge Suisse Alpina (GLSA). En restant membre de ma Loge à Alkmaar, je visitais donc quelques Loges dans lesquelles j'étais toujours fraternellement reçu. La manière dont la Loge " l'Union des Cœurs " travaille me convenait le mieux : de tradition chrétienne, mais non dogmatique et avec un respect certain des opinions de chacun de ses membres. En plus, la Loge avait, et a encore, plusieurs membres d'origine étrangère à la Suisse. Mon intégration dans cette Loge a pris un certain temps. Avec quelques Frères j'ai pu nouer des contacts et, après quelque temps, l'intégration a été consommée.

La Maçonnerie a-t-elle " changé " ma vie ?

Je préfère dire que la Maçonnerie a orienté ma vie. Orienté vers une quête de la vérité. Mes participations aux réunions et séances au Temple me stimulent afin de poursuivre mes recherches et de me nourrir spirituellement. Les enseignements maçonniques me donnent des repères utiles à mon comportement, ils sont là comme une aide précieuse dans mes hésitations et lorsque je me pose des questions primordiales. La Franc-Maçonnerie m'a ouvert vers une plus grande écoute d'autrui, ainsi que d'être plus tolérant envers mon prochain. Le but premier en définitif est de se connaître soi-même en profondeur et de réaliser, pas à pas, une transformation de son être intérieur. Pour progresser dans ma quête, j'ai éprouvé le besoin d'étendre ma recherche en parcourant différents chemins. La psychologie et la religion sont mes domaines préférés. Mes activités au sein de la Loge ont contribué à nouer des liens d'amitiés avec bon nombre de Frères Ces amitiés se sont prolongées par des relations chaleureuses avec les familles des membres.

Que puis-je encore attendre de la Maçonnerie ?

La Maçonnerie fait partie de ma vie, et je suis heureux qu'il en soit ainsi. Je souhaite que les options et l'orientation de la Maçonnerie suisse se dirigent davantage vers les questions de société, vers l'oeuvre de bienfaisance, vers les actions humanitaires. II est vrai que malgré des moyens financiers limités, les Loges font un effort dans ce sens, et en particuliers la Loge " l'Union des Cœurs ". II n'en reste pas moins que l'engagement personnel de tout Maçon est indispensable, tant sur le plan de son engagement personnel que celui de sa participation aux oeuvres humanitaires.

L'Union des Cœurs

A su développer en son sein la voie spirituelle qui enflamme les coeurs, illumine la pensée et permet aux humains de rallumer pour tous la flamme de l'Espérance.

Souvenez-vous, mes Frères, de ce passé glorieux, mais poursuivez sans cesse, avec persévérance, sans ménager vos peines, le travail laborieux qui, bien que commencé est loin d'être achevé, afin qu'un jour, peut-être, l'homme découvre en lui cette parcelle du Divin, cet espoir annoncé, au cœur même de son être profondément enfouis...
logo black